Dans la prévention et le traitement du diabète, l’alimentation occupe un rôle central. Les effets bénéfiques d’une alimentation équilibrée sur la santé et le diabète (glycémie et équilibre glycémique) sont scientifiquement prouvés. Pour les diabétiques, manger équilibré est bénéfique et indispensable !
Compte tenu de ses effets sur la glycémie et l’équilibre glycémique, l’équilibre alimentaire est une préoccupation constante pour la personne diabétique qui doit bien choisir ses aliments et connaître les équivalences glucidiques. Manger varié, sain, équilibré (avec plaisir) pour être en bonne santé, c’est possible !
il suffit de respecter certains principes diététiques simples, d’acquérir quelques connaissances sur les aliments et connaître leurs apports nutritionnels.

De quoi se compose notre alimentation ?

Les fruits et les légumes, par exemple,  contiennent des glucides (sucres) en plus ou moins grande quantité, quelques protéines (protides) en très faible quantité, des vitamines, des minéraux, des antioxydants et peu ou pas de graisses (lipides). D’autres aliments ne contiennent que des glucides (le sucre en morceau) ou que des lipides (les huiles).

Qu’est-ce qu’une alimentation équilibrée ?

Une alimentation équilibrée est composée en proportion suffisante de :

  • graisses ou “lipides” : 30 à 35% de l’apport calorique global (à titre de comparaison, l’alimentation actuelle est plutôt entre 35 et 45%).
  • de protéines ou “protides” : 12 à 15% (alimentation actuelle : entre 12 et 20%).
  • de sucres ou “glucides” : 50 à 55% (alimentation actuelle : entre 40 et 45%) .
  • doit contenir des vitamines, des minéraux et des fibres.

L’étiquetage et les informations sur les produits de grande consommation ont beaucoup progressé dans ce sens depuis quelques années. Il existe aussi des grilles par catégorie d’aliment qui servent d’aide mémoire et que l’on peut garder avec soi. Demandez conseil à votre médecin ou à un diététicien.

Manger “juste”

Manger juste, c’est :

  • se nourrir selon ses besoins et à heures régulières sans sauter de repas
  • équilibrer ses menus avec des aliments variés
  • commencer la journée par un vrai petit déjeuner
  • boire de l’eau en quantité suffisante…

Savoir ce que l’on mange

Sans être un expert en diététique, le diabétique doit avoir une bonne connaissance de l’alimentation :

  • les qualités et les défauts des aliments, de tel ou tel ingrédient…
  • les taux de glucides (la quantité de glucides contenu),
  • les apports caloriques et les équivalences entre les produits courants
  • l’index glycémique, c’est-à-dire la vitesse de passage du sucre dans le sang (même s’il varie selon  plusieurs facteurs : type d’aliment, cuisson, accompagnement, moment de la prise…).

Il existe, par exemple, plusieurs types de glucides et de lipides. Les glucides peuvent être différenciés en glucides simples, qui passent vite dans le sang : le sucre, les produits au goût sucré… Et les glucides complexes qui passent lentement dans le sang. Ils sont dits à index glycémique faible, car ils ne font pas beaucoup monter la glycémie, ce sont les féculents et particulièrement ceux qui sont riches en fibres comme les légumes secs : lentilles, haricots blancs…
Pour les graisses (lipides), les acides gras dit “insaturés” (souvent d’origine végétale ou présents dans les poissons comme : le hareng, le maquereau, la sardine…) sont à privilégier sur les acides gras saturés souvent d’origine animale (beurre, fromages, crème, viande, oeufs…). Les premiers contiennent pour certains des omega 3 qui protègent contre les maladies cardiovasculaires. Tandis qu’en trop grande quantité et étalés sur plusieurs années, les seconds sont néfastes pour les artères, d’autant que ces graisses animales sont souvent riches en cholestérol.

Selon leurs apports nutritionnels, les aliments sont classés en 7 grands groupes contenant diversement : des glucides (les sucres), des lipides (les graisses) et des protéines (viande, poisson)


 

Groupe 1

Les boissons

Ce groupe apporte des minéraux et des oligo-éléments.
Consommation recommandée : de 1 à 1,5 litre de boisson par jour. Elle doit être augmentée en cas de fortes chaleurs ou d’activité physique prolongée.
Seule l’eau est indispensable. Dépourvue de calories, elle peut être consommée sous forme pure, en café, thé, tisane, bouillon, potage, aromatisée ou « zestée »
Certaines boissons « light » peuvent être consommées.  Elles contiennent des édulcorants et n’apportent pas (ou peu) de calorie. Limiter les boissons sucrées riches en sucre et hyperglycémiantes.

 

Groupe 2

Les fruits et les légumes


Ils apportent essentiellement des glucides et sont riches en vitamines, minéraux et fibres. Consommation recommandée: 5 portions de fruits et légumes par jour dont 2 à 3 fruits. Variez la nature des fruits consommés sous toutes les formes (crus, cuits, nature ou préparés, frais, surgelés ou en conserve)

 

Groupe 3

les pains, céréales, féculents et légumes secs

Ils apportent des glucides, des protéines végétales, des fibres et fournissent l’essentiel de l’énergie dont l’organisme a besoin.Consommation recommandée: à chaque repas selon son appétit, favoriser les aliments céréaliers complets ou le pain bis

 

Groupe 4

Le lait et les produits laitiers

violet

Ces aliments apportent des protéines animales et des graisses. Ils sont très importants au quotidien pour leur richesse en calcium. Consommation recommandée : à chaque repas, soit 3 à 4 fois par jour.Limiter la consommation de fromage car ce produit laitier est plus gras que les autres

 

Groupe 5

Les viandes, poissons et œufs

  • Ces aliments apportent surtout des protéines animales, mais aussi des graisses, du fer et des vitamines du groupe B dont la vitamine B12 (peu ou pas présente dans les autres groupes d’aliments.
  • Consommation recommandée : 1 à 2 fois par jour.
  • A consommer en quantité inférieure à l’accompagnement.
  • Concernant les viandes, variez les espèces et privilégiez les morceaux moins gras.
  • Pensez à consommer du poisson au moins deux fois par semaine, dont une fois par semaine du poisson gras (saumon, sardine, thon, maquereau…) pour leur richesse en acides gras essentiels.

 

Groupe 6

Les matières grasses

  • Les matières grasses sont essentiellement composées de lipides, elles apportent des acides gras essentiels et les vitamines A et E. Très riches en énergie, elles sont à limiter.
  • Consommation recommandée : 1 à 2 cuillerées à soupe par repas.
  • Ne consommer qu’un seul aliment à forte teneur en graisses dans le même menu
  • Parmi les matières grasses, privilégiez celles d’origine végétale, par exemple l’huile d’olive, de colza, de soja ou de noix
  • Limitez les graisses d’origine animale (beurre, crème fraîche…) et utilisez-les de préférence crues car plus digestes

 

 Groupe 7

Les produits sucrés

Ils apportent… du sucre non indispensable d’un point de vue nutritionnel !Beaucoup d’aliments classés dans ce groupe apportent une quantité négligeable de matières grasses : les biscuits, les pâtisseries, le chocolat, etc. Très denses en énergie, ils sont donc à consommer occasionnellement et toujours dans le cadre d’un repas pour limiter l’effet hyperglycémiant.

 

Comment utiliser les groupes d’aliments ?

Dans l’idéal, dans un déjeuner ou un dîner équilibré, tous les groupes d’aliments doivent être représentés :

 1 crudité au moins (un fruit ou légume cru)

 Portion de viande ou poisson ou œufs

 1 accompagnement à base de légumes cuits et/ou féculents

violet 1 produit laitier

  Du pain et de l’eau