Les mycoses superficielles cutanées sont dues à des champignons microscopiques, des micro-organismes du monde végétal prélevant du carbone dans nos composants organiques. Elles peuvent affecter la surface de la peau, les ongles et le cuir chevelu. Ce sont les maladies de peau les plus courantes.

On distingue les:

  • Levures (ex: Candida Albicans)
  • Dermatophytes (ex: Trycophyton rubrum)
  • Moisissures

Il existe différentes formes de mycoses, selon la partie du corps affectée :

la mycose des pieds

Encore surnommée “pied d’athlète”, c’est la plus fréquente des mycoses chez l’adulte. Elle reste rare chez les jeunes enfants. Elle est située entre les orteils, surtout entre le 4ème et le 5ème. L’infection peut s’étendre à la plante du pied, au dos du pied et aux espaces entre les orteils. Elle s’accompagne souvent d’une atteinte des ongles (onychomycose).
On observe une fissure, des bulles remplies de liquide, une macération. Ces lésions provoquent des démangeaisons ;

la mycose des ongles (ou onychomycose)

Elle touche principalement les adultes. L’ongle s’épaissit et se décolle. L’atteinte s’étend progressivement à la matrice de l’ongle qui se décolore et devient blanchâtre. Elle peut toucher les ongles des mains et/ou des pieds ;

les mycoses des plis appelées intertrigo

Elles siègent dans les plis de l’aine, sous les aisselles, dans les plis des mains…. Le pli est rouge et est le siège de fissures et d’un dépôt jaunâtre.

Les mycoses superficielles cutanées les plus fréquents chez l’enfant

  • Chez le nourrisson : l’érythème fessier surinfecté par un champignon est courant entre le deuxième et le quatrième mois de vie.
    Lire notre dossier « L’érythème fessier du nourrisson ».
  • Chez l’enfant : L’enfant qui suce son pouce peut présenter un périonyxis ou inflammation chronique de la peau qui entoure l’ongle : le pourtour de l’ongle est rouge, enflé et la peau qui entoure l’ongle se décolle.
    L’enfant présente beaucoup plus fréquemment que l’adulte une mycose du cuir chevelu ou teigne : elle se présente souvent sous la forme de croûtes blanches qui desquament et font apparaître des plaques sans cheveux (les cheveux sont cassés à quelques millimètres du cuir chevelu). Après traitement, les cheveux repoussent normalement.
  • Sur ces localisations votre Podologue vous orientera préférentiellement vers le Pédiatre

Comment se transmet la mycose cutanée ?

Les mycoses se transmettent surtout par contact humain direct. Elles peuvent aussi se transmettre par contact animal, avec le sol, l’eau ou les objets infectés (vêtements, peignes, jouets…).

Les causes favorisant la mycose cutanée

Certains facteurs favorisent le développement des champignons :

  • la chaleur humide ;
  • la transpiration excessive ;
  • l’hygiène insuffisante ;
  • la fréquentation des piscines ;
  • le port de chaussures fermées ;
  • les traitements médicamenteux (antibiothérapie, corticothérapie, etc.) ;
  • l’état de santé général : maladies endocrines (diabète de type 1, diabète de type 2), déficit immunitaire ;
  • la grossesse, les premiers mois de la vie…

Ce que vous pouvez faire pour éviter de transmettre une mycose

  • Ne partagez pas les serviettes de toilette, les sandales, les tapis de salle de bains…
  • Utilisez un désinfectant pour laver vos carrelages, douche et baignoire.
  • En cas de teigne, désinfectez les bonnets, capuches, brosses avec un antifongique en poudre

Quand devez-vous consulter en cas de mycose cutanée ?

En présence de mycose cutanée et ou unguéale, vous devez consulter votre Podologue :

  • si vous avez une mycose des ongles (onychomycose) ;
  • si vous avez (ou si votre enfant) a une mycose du cuir chevelu ;
  • si vous n’êtes pas sûr de la nature de vos lésions ;
  • en l’absence d’amélioration une semaine après l’application de votre traitement local ;
  • si une gêne, une douleur locale ou des démangeaisons perturbent votre qualité de vie ;
  • si de nouvelles lésions apparaissent sur une autre zone ;
  • si votre mycose est au stade de lésions ouvertes (plaies, suintements…) qui peuvent se surinfecter ;
  • si vous êtes diabétique, déficient immunitaire, atteint de troubles circulatoires ;
  • si vous suivez un traitement par corticoïdes ;
  • si la personne atteinte est un enfant de moins de 12 ans.

Dans certains cas votre Praticien vous orientera vers votre médecin traitant ou vers le dermatologue.

Ce que vous ne devez pas faire en cas de mycose cutanée

N’utilisez pas de traitement local si :

  • vous avez des doutes sur la nature de l’infection ;
  • les lésions sont anciennes ou très étendues ;
  • la plante du pied ou les ongles sont atteints ;
  • la peau des pieds est humide et dégage une mauvaise odeur ;
  • les symptômes persistent ou s’aggravent sous traitement ;
  • vous êtes diabétique ou vous avez une maladie neurologique ;
  • votre enfant a moins de 12 ans ;
  • les lésions sont macérées (l’épiderme se détache après un contact prolongé avec l’humidité).

Ne continuez pas le traitement local sans avis de votre Podologue et/ou celui de votre médecin :

  • si les lésions s’aggravent ou si d’autres lésions surviennent lors du traitement ;
  • au-delà de la durée préconisée, même si vous pensez ne pas être guéri.

Ne reprenez pas de vous-même un traitement sur ordonnance que l’on vous a précédemment prescrit.
Ne grattez pas leslésions de la mycose cutanée. Si vous les grattez, l’infection peut atteindre d’autres zones de votre corps.
Même si vous constatez une amélioration, continuez le traitement jusqu’à la fin de la durée conseillée. Un arrêt prématuré ou des applications irrégulières du traitement local peuvent entraîner des échecs ou des rechutes.

Conseils:

  • ne grattez pas vos lésions ;
  • lavez-vous fréquemment les mains surtout après les soins.
  • ne gardez pas vos pieds mouillés : après votre douche, essuyez-vous bien entre les orteils avec une serviette sèche ;
  • portez des chaussures et des chaussettes adaptées pour éviter de transpirer des pieds. Pour laisser circuler l’air, vos chaussures ne doivent pas être trop serrées. Évitez les semelles en caoutchouc et préférez les chaussettes en fibres naturelles (coton…) ;
  • évitez de porter deux jours de suite les mêmes chaussures pour laisser à la transpiration le temps de s’évacuer
  • désinfectez vos chaussures (demander à votre Podologue ou votre pharmacien)
  • portez des sandales dans les endroits publics humides (piscines, hammams…) ;
  • ne partagez pas les serviettes de toilette, les sandales, les tapis de salle de bains… ;
  • lavez la literie ;
  • utilisez un désinfectant pour laver vos carrelages, douche et baignoire ;

Quels sont les traitements de la mycose cutanée ou unguéale ?

Votre Podologue a diagnostiqué une mycose cutanée en vous examinant. Il est très rare que des prélèvements soient nécessaires pour confirmer le diagnostic et rechercher le champignon en cause.
Votre podologue vous prescrit un traitement. En effet, une mycose ne guérit pas spontanément et en l’absence de traitement, elle peut s’étendre ou être le siège d’une surinfection.

Les traitements locaux

Le traitement est le plus souvent local : après examen,excision, curetage et fraisage il vous est prescrit sous forme de pommade, crème, lotion, poudre ou vernis (pour les ongles) en fonction du type de lésion et de leur localisation qui seront alors pleinement efficient.
La guérison est en général obtenue rapidement si le protocole de traitement est respecté dans toutes ses composantes.

Les traitements oraux

Les mycoses superficielles guérissent le plus souvent grâce à un traitement local. Cependant certaines formes nécessitent un traitement par voie orale  dans ce cas votre podologue vous oriente vers votre médecin traitant.
Vous êtes enceinte ou vous allaitez ? Signalez-le car aucun traitement par voie orale n’est autorisé.

La chirurgie

La chirurgie est réservée aux formes résistantes de mycoses des ongles. Elle consiste à ôter la zone malade de l’ongle.

Sources

  • Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail. Risques sanitaires liés aux piscines. Site internet : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Maisons-Alfort (France) ; 2010
    [consulté le 22 novembre 2013]
  • Collège National des Enseignants de Dermatologie. Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques : infections à dermatophytes de la peau glabre, des plis et des phanères Site internet : Campus de dermatologie de l’Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 22 novembre 2013]
  • Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Candidose. Site internet : Campus de parasitologie et de mycologie de l’Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 22 novembre 2013]
  • National Healh Service (NHS). *Ringwirm. Site internet : NHS choices. Londres ; 2012 [consulté le 22 novembre 2013]