La Journée nationale de prévention et de dépistage des maladies du pied connaît chaque année un grand succès. Organisée par l’UFSP avec l’objectif d’informer les patients en leur proposant un dépistage gratuit, les podologues sensibilisent ainsi la population sur l’importance de la santé du pied et font connaître et reconnaître le rôle du podologue. Cette année, le dépistage est ciblé sur le pied diabétique, plus fréquent chez les personnes âgées.

Le diabète peut provoquer un gonflement et des plaies du pied, en particulier chez les patients âgés, avec un diabète ancien, ayant entraîné des neuropathies et une artériopathie. Le mécanisme induisant des plaies au niveau du pied diabétique est lié à trois phénomènes majeurs, la neuropathie périphérique qui a plusieurs conséquences: la perte de sensibilité thermo-algique, une dyshidrose (peau très sèche) et des déformations du pied, dont les points d’appuis changent, l’artériopathie des membres inferieurs et l’infection car l’hyperglycémie induit une baisse des défenses et provoque l’altération des polynucléaires. Ces infections sont donc souvent sévères.

Le pied diabétique en quelques chiffres

  • 15 % des diabétiques ont ou auront une ulcération des membres inférieurs
  •  20 % des hospitalisations chez les diabétiques sont en rapport avec une lésion des membres inférieurs
  • 15 à 70 % des amputations non traumatiques sont réalisées chez les diabétiques
  • La durée moyenne de séjour hospitalier est de 25 à 45 jours,
  •  50 % des diabétiques subissent une nouvelle amputation dans les 3 ans (y compris contre-latérale)
  •  50 % des diabétiques amputés décèdent dans les 5 ans

Le dépistage est donc primordial car si ces complications sont dépistées à temps, les patients peuvent bénéficier des soins préventifs nécessaires. C’est pourquoi, le 18 mai prochain, les podologues ouvrent la porte de leurs cabinets aux patients qui pourront se faire dépister gratuitement le pied. Ces consultations auront également lieu dans certains centres de mutuelle santé ou de caisses d’assurance maladie.

Depuis 2009, les podologues ont le droit de prescription des pansements et de reconduction des dispositifs d’orthèses. Il est essentiel de préciser qu’au vu du caractère dangereux des phlyctènes, corps étrangers, plaies ou autres chez une personne diabétique, il faut avant toute prescription, orienter le patient vers son médecin traitant ou spécialiste. La mise en place d’un traitement adapté est essentielle pour obtenir un meilleur équilibre glycémique et une prise en charge globale.

Facteurs de risque, au quotidien, du pied diabétique

  • Chaussures inadaptées
  • Corps étrangers
  • Soins inappropriés
  • Source de chaleur
  • Hyper pression répétitive lors de la marche

Depuis 2003, l’Union Française pour la Santé du Pied, organisatrice de cette initiative, a multiplié les initiatives pour sensibiliser la population sur l’importance de la santé du pied, en organisant aussi l’examen des pieds des enfants en milieu scolaire.